S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

SNCF : la CFDT ne fera pas grève en juillet et août

Laurent Berger, secrétaire générale de la CFDT, était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach sur CNEWS ce mercredi 20 juin. Il a expliqué que «la CFDT ne fera pas grève en juillet et août».

« Nous continuons jusqu’au 28 » juin pour « peser sur la SNCF ». Après « je veux, je souhaite que ce soit fini », a déclaré Laurent Berger sur CNews.

Il a évoqué « plusieurs raisons » pour cela : d’abord, parce que les grandes vacances, c’est un « moment un peu sacré » et ensuite, parce que « nous avons fait le travail pendant le processus parlementaire pour améliorer » le projet de loi « même s’il ne nous convient pas dans sa philosophie », a-t-il dit.

Après le vote définitif de la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, l’enjeu est désormais pour la CFDT d’obtenir des garanties de la part de l’Union des transports publics (UTP), l’organisation patronale du secteur, sur une convention collective nationale de branche.
Des premières réponses, « globalement positives », ont été apportées par l’UTP lors de la réunion tripartite (syndicat, patronat, gouvernement) du 15 juin, estime la CFDT-Cheminots. Elle attend désormais que « ces engagements soient rapidement confirmés dans un relevé de décisions et mis en œuvre dans la négociation » afin de compenser les effets de la loi.

Au cours des derniers mois, la CFDT n’aura cessé de dénoncer la méthode et le fond de la réforme ferroviaire. Mais face à un gouvernement intransigeant sur trois mesures clés (ouverture à la concurrence, transformation de la SNCF en sociétés anonymes à capitaux publics et fin du recrutement au statut des cheminots), elle peut se féliciter d’avoir obtenu que le texte de loi intègre un grand nombre de ses revendications sur la garantie de l’emploi, la rémunération, le régime de retraite et de prévoyance.
Elle a bataillé pour que soient précisées les conditions de transfert des salariés vers un autre opérateur après l’ouverture à la concurrence et négocié leur droit de retour à la SNCF. Le maintien d’une unité sociale dans le nouveau groupe ferroviaire, l’incessibilité de ses capitaux et la reprise de la dette de la SNCF à hauteur de 75 % par l’État ont également été ajoutés dans la version finale.

Toutes ces garanties sont le fruit de 79 amendements portés par la CFDT-Cheminots tout au long du processus parlementaire. Preuve, a rappelé Laurent Berger, que « la mobilisation syndicale ne se mène pas simplement par la grève ».

Vos commentaires (mail non obligatoire mais modération avant publication)