S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Qui sommes nous ?

Notre place dans l’entreprise,
notre identité,
notre fonctionnement,
notre organisation.

 campagne_adhesion

Notre place dans le groupe AG2R REUNICA

Depuis plus de 30 ans, la CFDT est la première organisation du groupe AG2R. Dans le nouveau groupe AG2R REUNICA, la CFDT a conforté sa place de première organisation syndicale.
Par leurs votes, les salariés confirment qu’ils partagent les objectifs de notre organisation syndicale et, surtout, qu’ils estiment que ces objectifs sont régulièrement atteints.

La CFDT au comité d’entreprise.

La CFDT est largement majoritaire au comité d’entreprise.
Le poste de secrétaire est détenu par la CFDT.

Les délégués du personnel CFDT

La majorité des délégués du personnel du groupe AG2R REUNICA sont CFDT.
Ils sont notamment présents dans les gros établissements comme Lille, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Paris…
Mais ils défendent également les conditions de travail des collaborateurs parfois isolés des petites agences disséminées sur tout le territoire.

La CFDT au CHSCT

Le groupe AG2R REUNICA s’est doté d’un CHSCT national (comité hygiène, sécurité et conditions de travail).
La CFDT est majoritaire dans ce CHSCT et détient le mandat de secrétaire.

La CFDT : des choix, des actes, qui dans la durée, s’inscrivent au bénéfice de tous …

Notre identité.

Démocratie, solidarité, liberté, émancipation, autant de valeurs que la CFDT souhaite faire partager à ses adhérents.

Un syndicalisme confédéré

La Confédération réunit des organisations syndicales ouvertes à tous les travailleurs résolus à défendre leurs intérêts communs et à lutter pour instaurer une société démocratique d’hommes libres et responsables. Ce syndicalisme refuse les corporatismes. Il regroupe l’ensemble des salariés qu’ils soient ouvriers, employés, cadres.

Un syndicalisme démocratique

La CFDT attache une importance primordiale à la démocratie. Celle-ci s’exprime dans le fonctionnement interne de la CFDT qui assure une large participation de ses adhérents aux décisions. Le besoin vital de démocratie dans la société passe par l’indépendance du pouvoir judiciaire, l’objectivité de l’information, la possibilité d’accéder à tous les niveaux de l’enseignement. L’attachement à la démocratie dans l’entreprise se concrétise par la volonté de donner aux salariés la possibilité de s’exprimer et de participer à l’élaboration des revendications. La nécessité enfin de démocratie dans le domaine politique explique l’opposition de la CFDT à tout régime autoritaire ou totalitaire.

Un syndicalisme de transformation sociale

Il s’agit d’un syndicalisme acteur pour qui les changements sociaux ne sont pas à attendre des seuls politiques. La CFDT n’est pas une institution qui serait simplement chargée gérer ou de cogérer les aspects sociaux de la société ou de l’entreprise. Elle n’est pas non plus une organisation révolutionnaire d’avant-garde regroupant une petite élite de militants qui aurait pour mission de faire le bonheur des salariés sans eux ou malgré eux.
La conception CFDT du syndicalisme est tout autre : c’est celle d’un syndicalisme de transformation sociale. Son ambition est de faire évoluer la société vers plus de progrès et de justice : un syndicalisme qui regarde la réalité en face certes, mais pour la modifier, non pour s’y installer. Ceci implique une nouvelle approche des relations professionnelles privilégiant la confrontation par la voie contractuelle et la négociation. La grève est considérée comme l’un des moyens du rapport de force pour faire avancer la négociation.

Un syndicalisme d’adhérents

C’est un syndicalisme solidement implanté sur les lieux de travail. Cette politique a porté ses fruits puisque le nombre d’adhérents augmente régulièrement depuis quelques années.
Ce syndicalise puise sa légitimité dans la participation des salariés. La CFDT ne peut pas prétendre représenter l’intérêt général des salariés et n’en représenter qu’un faible pourcentage

Un syndicalisme d’émancipation

Il promeut l’émancipation individuelle et collective. Sur le lieu de travail, l’action syndicale ne se limite pas à la seule défense des salaires mais englobe aussi la lutte pour de meilleures conditions de travail, des conventions collectives, la réduction du temps de travail, le droit à l’expression pour les salariés, leur promotion par une meilleure formation… Dans la société, tout individu doit pouvoir arriver à des postes de responsabilité, développer sa personnalité en assurant la satisfaction de ses besoins matériels et intellectuels par l’accès à la culture. Ce besoin d’émancipation concerne aussi les femmes que la CFDT a soutenues dans leur lutte pour le droit à la contraception et à l’avortement et qu’elle soutient encore dans leurs revendications actuelles pour une plus grande égalité avec les hommes.

Un syndicalisme favorable au paritarisme

Ce système clé des relations sociales est la confrontation constructive entre gouvernement, patronat et organisations syndicales. Il aboutit à une participation active de ces partenaires à l’élaboration et au contrôle des décisions politiques et au contrôle du pouvoir économique.

Un syndicalisme pour la solidarité

Ce syndicalisme est soucieux d’une plus grande solidarité envers les catégories sociales, les régions et peuples les plus défavorisés et exclut les inégalités. Solidarité nationale lorsque la CFDT plaide pour une politique d’embauches en contrepartie de la réduction du temps de travail, pour l’insertion des jeunes, pour la couverture maladie universelle. Refus des inégalités lorsqu’elle lutte contre l’exclusion sous toutes ses formes ou la marginalisation, lorsqu’elle lutte pour l’égalité des chances à l’école, pour l’égalité entre hommes et femmes ou lorsqu’elle combat les discriminations raciales.

Un syndicalisme indépendant

La CFDT estime nécessaire de distinguer ses responsabilités de celles des groupements politiques et son indépendance à l’égard de l’État, des partis, de l’Église. Cette volonté d’autonomie à l’égard du politique se manifeste par la décision de la confédération de refuser le cumul des mandats syndicaux et politiques.

Un syndicalisme ouvert sur l’international

La CFDT applique cette valeur lorsqu’elle agit pour la paix entre les peuples et lorsqu’elle s’oppose à une mondialisation forcenée qui ne prend pas en compte les nations les moins développées. Cette ouverture sur l’international, confirmée par l’adhésion à la Confédération internationale des syndicats libres (CISL), se manifeste aussi sur le plan européen, où la CFDT apporte son expérience dans le cadre de la Confédération européenne des syndicats (CES).

Organisation et fonctionnement démocratique

Le fonctionnement de la CFDT repose sur une multiplicité de structures. C’est pour organiser les relations entre elles tout en préservant la démocratie que le CFDT a fait le choix du fédéralisme.

LE FEDERALISME

Le fédéralisme s’articule autour de deux grands principes complémentaires :
– la souveraineté de chacune des structures fédérées,
– la délégation dans les structures.

SOUVERAINETE

La souveraineté signifie que chaque structure possède une large autonomie pour déterminer sa politique et prendre les initiatives dans son champ d’activité.

DELEGATION

La délégation signifie que chaque structure accepte de remettre une part de sa souveraineté aux instances fédératives pour tous les domaines qui ne sont pas de sa compétence directe ou dépassent son champ d’activité.

MANDAT

Une condition est indispensable au bon fonctionnement du fédéralisme : il importe qu’à chaque niveau le débat soit organisé et se déroule démocratiquement. Il est donc nécessaire que les adhérents puissent réellement participer.
Cependant, il est impossible à l’ensemble des adhérents de la CFDT, à tout moment et en tout lieux de débattre de tout. C’est pourquoi les adhérents élisent leurs représentants (les responsables de leur section et de leur syndicat) qui eux-mêmes élisent les responsables des unions régionales et des fédérations… et ainsi jusqu’à la confédération. C’est que l’on appelle le mandatement.
Ces élections ont lieu dans le cadre des congrès des organisations où chaque délégué a droit à un nombre de mandats proportionnel au nombre des adhérents de la structure qui l’a mandaté.
Mandater ne signifie pas, à la CFDT, signer un chèque en blanc. Pour un bon exercice du mandat, il faut que deux conditions soient réunies : le débat en amont et le contrôle en aval pour que les mandants puissent vérifier l’exécution du mandat.

DEBAT ET POSITIONS MAJORITAIRES

Après débats et confrontations, les positions majoritaires deviennent celles de tous. Ceci ne veut pas dire que les majorités et les minorités resteront à jamais figées. L’objet du débat interne est justement d’enrichir les conceptions en présence pour parvenir, par la confrontation, à l’accord le plus large possible. Mais les éléments du débat doivent rester internes et la position affichée à l’extérieur de la CFDT sera celle déterminée par la majorité.
Faire vivre le fédéralisme, c’est vivre la diversité dans une nécessaire cohérence et complémentarité.

Notre organisation

La CFDT, première organisation syndicale en France, s’est dotée d’une organisation solide pour à la fois mettre en pratique ses valeurs de démocratie, d’autonomie et d’indépendance et également pour fonctionner efficacement.

La section syndicale

Les adhérents d’un même établissement forment une « section syndicale », animée par le délégué syndical.
Le délégué syndical est désigné par le syndicat sur proposition de sa section syndicale.
A la CFDT et pour le code du travail, seul le syndicat a réellement une existence juridique. La section syndicale est simplement reconnue dans l’entreprise. Ainsi, par exemple, c’est le syndicat qui agit en justice dans tout conflit collectif ou individuel. C’est aussi le syndicat qui s’engage dans la signature d’un accord, même s’il donne une délégation de pouvoir au délégué syndical.

Le syndicat CFDT

Le syndicat regroupe les adhérents d’une même branche d’activité sur un secteur géographique donné. Ainsi, un adhérent CFDT de l’AG2R de Lille dépend du syndicat « Protection Sociale » lillois qui regroupe tous les adhérents des caisses de retraites complémentaires, des mutuelles et des caisses de Sécurité Sociale du Nord et du Pas de Calais.

La Fédération CFDT

Une fédération regroupe, au plan national, tous les syndicats appartenant à un même secteur d’activité. Ainsi les adhérents CFDT AG2R dépendent de la fédération « Protection Sociale Travail Emploi ».

l’Union Régionale Interprofessionnelle

Les unions régionales interprofessionnelles regroupent tous les syndicats appartenant à leur champ géographique qui est claqué sur le découpage des 22 régions françaises.

La Confédération CFDT

La Confédération regroupe tous les syndicats qui sont affiliés à la CFDT. Elle impulse, anime et coordonne la réflexion et l’action de l’ensemble des structures de la CFDT.

Deux aspects de l’action syndicale : le professionnel et l’interprofessionnel

A travers ses deux structures, la Fédération et l’Union Régional, la CFDT parvient à traiter les problèmes spécifiques de chaque profession (Fédération). Elle évite aussi l’écueil du corporatisme en traitant également ces problèmes à un niveau interprofessionnel (Union Régionale et Confédération). La CFDT entend ainsi défendre les intérêts particuliers en restant dans le cadre de l’intérêt général.