S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

La gestion ISR des réserves de l’Agirc Arrco

Avec une réserve de plus de 60 Md€, l’Agirc-Arrco est un investisseur institutionnel de premier plan. L’institution dispose ainsi d’une véritable force de frappe qui peut être mise au service d’une économie plus vertueuse, en plaçant l’argent qui leur est confié dans des entreprises notées en fonction de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

La CFDT a depuis très longtemps revendiqué une gestion en investissement socialement responsable de ces fonds provenant des cotisations des entreprises et des salariés. Dès 2006, elle obtenait la création d’une poche ISR (100 M€), puis la création d’un groupe de travail dédié. L’accord du 30 novembre 2017 consacrait un article à la gestion ISR des fonds.

Si à l’origine, nous étions seuls à revendiquer la gestion de l’ensemble des fonds en ISR, constat est fait que les mentalités sont en train d’évoluer du côté tant patronal que salarial. Ainsi fin 2017, les fédérations Agirc-Arrco et les institutions de retraite des groupes de protection sociale géraient un volant de plus de 20 Md€ (32% des réserves) selon des critères ESG. Pour le seul périmètre des retraites 3 groupes (Ag2rLaMondiale, Malakoff Médéric et Klésia) gèrent 63% des encours ISR de l’Agirc-Arrco. Ils ont mis en œuvre des moyens dédiés importants pour suivre ces investissements selon trois axes :

• maitrise des risques et cohérence entre la responsabilité sociale de l’entreprise et celle de l’investisseur. De manière plus ciblée, l’ISR participe à une politique de droit de vote dans les Assemblées générales.
• la transition énergétique avec une diminution de l’empreinte carbone
• le choix des entreprises les mieux notées dans leur secteur d’activité

Reste à dépasser l’affichage de bonnes intentions en définissant une véritable politique ISR. La CFDT ne part pas de rien puisque son action à l’ERAFP ou à l’Ircantec a permis de définir une politique d’investissement conforme à ses valeurs. L’enjeu est aussi de porter cette ambition au-delà du seul champ de la retraite complémentaire, en particulier dans les secteurs de la prévoyance ou de l’assurance vie.

Vos commentaires (mail non obligatoire mais modération avant publication)