S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Comité de pilotage et technique AGIRC ARRCO du 23 mai

Le 23 mai se sont réunis le comité de pilotage et la commission technique. Ordre du jour : les plans d’économies, le suivi des contrats d’objectifs.

Le comité de pilotage du 23 mai 2018

La seconde séance du comité de pilotage s’est tenue le 23 mai avec la présentation des résultats des contrats d’objectifs.
Ces derniers sont en phase avec les objectifs sauf pour l’objectif de la garantie de paiement de la retraite dans le mois qui suit la date de départ .
Un bilan financier a été tiré sur l’objectif de diminution des dépenses de gestion qui court jusqu’au 31/12/2018. Sur les 300 M€ d’économies d’objectif, la quasi-totalité du plan est en avance d’une année.
L’année 2018 sera consacrée à la mise en place d’un nouveau plan d’économie de 300 M€ qui doit ramener les coûts de gestion annuel à 1,3 Md€ contre 1,9 Md€ en 2012.

Commission technique et administrative du 23 mai 2018

Le 23 mai se déroulait aussi une commission technique et administrative.
La réunion avait pour objet de faire le point sur les contrats d’objectifs et de moyens entre la fédération et les Groupes de protection sociale. Si globalement les objectifs sont en phase, l’indicateur phare de la garantie de paiement de la retraite dans le mois qui suit la date de départ n’est pas atteint et la CFDT doute de la pertinence de la méthode Coué en la matière. Certes, les régimes complémentaires sont tributaires de la notification du régime de base, mais on perçoit nettement une difficulté pour atteindre l’objectif de 90% des demandes satisfaite dans le mois. La CFDT a rappelé que cet indicateur est un peu le cœur du réacteur et a accueilli favorablement le plan d’amélioration de l’efficience de la liquidation.

Du côté du plan d’action sur l’amélioration du taux de reste à recouvrer, un bilan a été tiré des actions et les premiers résultats sont encourageants. Rappelons que l’alignement du taux de reste à recouvrer de l’Agirc Arrco sur celui de l’Acoss a pour objectif de faire rentrer un boni de 700 M€ de cotisations par an.

Un point noir : la certification des comptes. Malgré les alertes et les plans d’actions que nous avions demandé, la certification des comptes de l’exercice 2017 se fera avec une réserve sur les comptes.
Ce n’est pas ce qu’attendait la CFDT à l’aube du nouveau régime ! Cette situation aurait mérité un investissement plus fort des fédérations sur la livraison d’un outil fiable pour la gestion des déclarations sociales nominatives (DSN) et une aide arrivée trop tard dans les groupes.

Vos commentaires (mail non obligatoire mais modération avant publication)