S'ENGAGER POUR CHACUN, AGIR POUR TOUS

Accord sur les astreintes : la CFDT ne signera pas

Un accord sur la gestion et la compensation des astreintes était en négociation depuis plusieurs mois. Au terme de ces discussions, la CFDT a décidé de ne pas signer l’accord.

La décision de la CFDT est fondée sur l’avis de ses négociateurs. Deux raisons principales : la DIMEX n’est pas prise en compte et les indemnisations pour les informaticiens sont trop en deçà de l’existant et des revendications CFDT.

Nous pouvons ainsi noter l’obligation pour les cadres au forfait de récupérer les heures d’interventions relatives à l’astreinte sans avoir la possibilité de pouvoir se les faire payer. Une difficulté majeure lorsque l’on connaît la charge des projets informatiques empiles aujourd’hui. Le fait de ne pouvoir que récupérer les heures d’astreintes obligera les collègues restés dans les équipes de redoubler d’efforts pour traiter l’activité.

Concernant les compensations financières des astreintes elles-mêmes, outre qu’elles ne sont pas au niveau de ce qui existait sur le périmètre Réunica Systalians, sont bien loin du niveau des revendications CFDT.

Exemple d’anomalie :
– l’astreinte de demi-journée : 45€ bruts,
– l’astreinte d’une journée : 90€ bruts,
– l’astreinte de nuit : 75€ bruts,
– l’astreinte de week-end : 230€ bruts.

Si l’on considère que le week-end représente 2 jours et 3 nuits, on oppose 230€ et (2*90)+(3*75) soit 230€ et 405€

2 réponses à Accord sur les astreintes : la CFDT ne signera pas

  • Comme souvent dans les négos, la direction est très minimaliste. C’est juste pour dire qu’il y a une négo pour un accord mais qui se transformera en Décision Unilatérale de l’Employeur… la négo sur le temps de mission est partie elle aussi sur les mêmes rails…
    Au final, la direction fait payer le nouveau statut du personnel en bradant les dernières tentatives d’accords…le Noël des dirigeants est arrivé avant l’heure et les soldes approchent…

  • Voilà là une démarche bien étrange de la part de notre Direction.
    Car sans la « carotte » d’une rémunértion supplémentaire, je suis curieux de voir comment la Direction va s’y prendre pour obliger ses cadres à travailler les WE lors des interventions de maintenance évolutives ou correctives (nécessaires pour maintenir en conditions opérationnelles le patrimoine informatique sans interrompre le service en journée!).
    En ce qui me concerne, il est hors de question de sacrifier un samedi (avec les conséquences sur la vie de famille) pour n’avoir en retour qu’un jour de récupération (qui ne compensera en aucune manière le jour en famille perdu !). Ce sera donc sans moi pour les WE de « MEP technique » si ce principe devait être acté.

Vos commentaires (mail non obligatoire mais modération avant publication)